Faut-il encore venir à Compiègne ?


Should we come back (again) ?

7ans-7years-Results   Sponsors Trophy

Le premier billet d'une nouvelle rubrique. Et ce n'est pas un bulletin paroissial. Vous n'y trouverez donc pas les phrases d'usage, celles qui plaisent à tout le monde et prêchent l'espérance. Il en fleurit suffisament sur la toile. Grogallo a traité de l'auto-satisfaction et il devrait d'ailleurs se remettre au travail car les nouveaux sujets en endurance ne manquent pas. Voici les anciens, toujours d'actualité : ici.

Le week-end à Compiègne n'a pas été fastueux pour les chevaux belges. A l'exception des frères Van Cauter qui montaient pour l'occasion des chevaux espagnols entraînés par le véto d'équipe Peter Wijnendaele, les autres belges n'ont pas vraiment brillé.

Il faut bien se rendre à l'évidence, nous n'avons pas, soit les chevaux, soit les moyens pour prétendre ne serait-ce qu'aux accessits à Compiègne.

Cette cuvée 2011 était impressionnante de par la qualité et la quantité de chevaux engagés. Les états du Golfe, Bahreïn, Qatar et Emirats Arabes ont frappé fort en présentant des piquets de chevaux affutés par leurs entraîneurs français et en contrôlant la tête de course comme à leur habitude. Les entraîneurs et meilleurs cavaliers français qui n'étaient pas en assistance alignaient eux-aussi leurs meilleurs coursiers.

Hormis quelques exceptions –le cheval hollandais Kain de Lizelore Van Zetten a tenu la dragée haute aux meilleurs 7 ans, mais dommage qu'il soit resté scotché au dernier vetgate si longtemps pour finalement passer avec un rythme cardiaque à 48BPM- les chevaux étrangers n'ont fait que de la figuration. Comme si le simple fait de participer à cette course prestigieuse et de débourser 500€ de droits d'engagement suffisait au bonheur des cavaliers.

Pourquoi les chevaux français sont-ils au dessus du lot? Et j'entends d'ici les entraîneurs et chefs d'équipe, notamment le belge, hurler en lisant cela…

Facile. C'est l'écrémage. En France, ce sont près de 600 chevaux de 6 ans qui sont testés en endurance chaque année. On imagine bien que les meilleurs sont rapidement repérés par les envoyés des pays du Golfe et d'autres par les cavaliers professionnels. Ceux-là plus ceux qui restent en France tournent sur le circuit des jeunes chevaux et bataillent pour obtenir la qualification pour Compiègne. A côté de cela, la Belgique teste bon an mal an une vingtaine de jeunes chevaux. Le programme EWALRAID a ses qualités, mais il ne peut pas rivaliser avec les écuries professionnelles.

Sur les 7 ans deux chevaux belges terminent aux deux dernières places à la moyenne très honorable de 17 km/h, sans avoir tenté quoi que ce soit. Les autres qui ont voulu se frotter aux meilleurs (à plus de 19 km/h) ont été sortis. Pas seulement les belges, mais aussi les suédois, norvégiens et autres anglais. On se rappellera d'un scénario identique l'année passée. Zut alors, on rentre la queue entre les jambes pour revenir la fleur au fusil douze mois plus tard!

Sur le Trophée des Sponsors, on accusera la chaleur et l'humidité qui ont fait des ravages (5 belges à l'arrivée sur 14 partants dont 2 montaient des chevaux espagnols et les autres étaient loooinnnn). On ne se consolera pas vraiment en constatant que les autres étrangers n'ont pas fait mieux, à l'exception de l'un ou l'autre représentant: 9 belges out, 5 espagnols, 8 allemands, 3 suisses, les deux suédois… Peut-être faudrait-il aussi un système de qualification pour Compiègne, ou alors le sésame $€£ peut-il continuer à suffire?

Il reste l'affaire "UAE vs Philippe Tomas" lors du final des 7 ans. Nous n'y étions pas. Nous n'avons rien vu, rien entendu, ni pu, ni su… Nous sommes suspendus aux lèvres de la FEI et attendons impatiemment la sortie du prochain Cheval Arabe News.

This is a new post in a new column. Don't expect a self-congratulation newsletter or similar. There are enough on the Net. Grogallo raised the issue in some old posts. Here they are. here.

This week-end in Compiègne was not brilliant for the Belgians. Except for the Van Cauter brothers, but they were riding horses brought from Spain by the Belgian team vet Peter Wijnendaele. We have to come to the conclusion that either we don't have the horses or we don’t have the means to compete seriously in Compiègne.

This 2011 vintage —can we use this word for horses?— was impressive in quantity and quality of the horses brought to the-always-magnificent-venue of Compiègne. The Gulf states have showed some of their best recruits —mostly French-bred horses— trained in the professional French stables. Of course, as they use to do so, they were in the lead of the race from the beginning. Beside the best UAE, Bahrain and Qatar's horses, there were some of the best French horses ridden by the professional riders who were not working as crew for the Arabs teams.

The foreigners —except a couple of horses including the Dutch horse Kain ridden by Lizelore Van Zetten who got stuck for a long time at the last vetgate for finally pass with 48 BPM— were just having a walk-on part. Just like giving away 500€ to take the start of this prestigious race was enough to make them happy.

But why are the French horses so good? I can hear some cursing me for my say, especially the Belgian Chef d'Equipe 

That's easy. That's the simple effect of creaming off. In France, there are about 600 horses tested in endurance every year. Let's assume that the best of them are quickly noticed and picked by the envoys from Arab countries or by the French professionals. The ones staying in France are campaigned on the young horses circuit and fight for the right to enter the Compiègne finals. Beside that, Belgium is testing maybe a couple of dozen young horses each year. There is a program called EWALRAID in Belgium trying to select horses and entrust them to good riders, but the initial quantity is limited.

On the 7-years-competition, there were six Belgian horses. Two of them completed the ride at the last place, but at a respectable average speed of 17 km/h. They didn't try to fight like the others who were pulled! But this is not just a Belgian story. The same happened to Swedish, Norwegians or British horses. The funny thing is that the same scenario took place last year. Damned. We came back with our tail between our legs and came again this year proud as Punch.

On the Sponsors Trophy, of course, heat and humidity combined took their toll (5 Belgian horses completing on 14 starters, but 2 were riding Spanish horses while the others were far away). Other foreigners didn't do better, but it was no consolation: 9 Belgians out, 5 Spanish, 8 Germans, 3 Swiss, the two Swedish… Should the FEI install a new qualification system also for Compiègne, or just paying the entry fees would be enough?

The last thing is the 'Philippe Tomas's clash during the interview". We were not there on Friday. Only one website is reporting that: www.cavadeos.com. Maybe the French paper magazine "Cheval Arabe News" will comment this clash. Anyway, if a claim has been entered, FEI will have to take action.

 

 

 

Copyright - www.endurance-belgium.com - Tous droits réservés-2004/2008